Symposium d’art in situ à Duhamel – « Au coeur des feuilles l’idée de l’arbre » ou Hommage à Jean Tinguely

La Presse_Symposium dart in situ_Pierre Leblanc sculpteur

Le pays de Duhamel ! Je serai là sur place à partir de vendredi 28 août jusqu’au 6 septembre, à travailler devant public. J’ai hâte de vous y rencontrer! Vernissage dimanche 6 septembre à 13 h.

Symposiumdartinsitu_Duhamel_Pierre Leblanc

Le Droit_Symposium Duhamel_Pierre Leblanc

Je me suis penché sur le projet pour Duhamel.
 J’ai activé mes petites cellules grises et finalement une forme est sortie de je ne sais trop où ! Spécial comme phénomène, une forme qui prend vie à partir du prolongement de mes réflexions… à travers mes mains !

C’est certain que j’ai le cerveau assez bien meublé ce qui active rapidement mes réflexions. Comme point de départ, j’avais un élément tiré d’une sculpture antérieure que je voulais placer à l’intérieur de ce projet. C’était la seule piste que j’avais. Je ne connaissais pas l’échelle.

Symposiumdartinsitu_Duhamel_Sculpture_Pierre_ Leblanc

La pièce devrait-elle avoir 3 pieds ou cinq ou six ! C’était mon début, mais rien d’autre à l’horizon. J’ai finalement agrandi cette partie à sept pieds. Après coup, il fallait bien placer l’élément dans l’espace et le faire vivre. Étant donné que je veux que l’action se situe en hauteur, alors j’ai commencé par une colonne, puis deux et finalement une troisième est venue rejoindre le couple déjà en place.

RequiemPourUneFeuilleMorte_Jean TinguelyLa feuille avec la petite spirale, ainsi placée très haute perchée est tirée d’une sculpture de Jean Tinguely, que j’avais vu une première fois au pavillon suisse d’Expo 67. J’avais dix-huit ans ! Cette sculpture je l’ai revue plusieurs années plus tard à Beaubourg, mal placée au bout d’un corridor qui ne menait nulle part !

Requiem pour une feuille morte_ 1967_TinguelyLe titre de l’œuvre : «Requiem pour une feuille morte». Une immense machine murale de 305 cm de hauteur sur une longueur de 1105 cm et 80 cm de profondeur, qui fait un boucan d’enfer pour arriver à faire tourner une petite feuille avec spirale d’à peine 20 cm au final… Sacré Tinguely !

Ensuite inconsciemment j’ai commencé à découper des formes, dans les chutes de papier et de carton restés sur la table, et à réaménager les retailles ici et là. Et graduellement en m’inspirant d’une œuvre réalisée à Rigaud il y a pratiquement quatre ans, les éléments se sont col taillé les uns aux autres, pour finalement se collées… les uns aux autres ! Et alors cette sculpture m’est apparue. Bizarre comme phénomène, comme si c’était quelqu’un d’autre qui menait la barque pendant un moment !

J’aime bien être le premier spectateur, ainsi surprit du résultat et me critiquer. Un élément a glissé 3 fois de place et c’est fait remodifier légèrement afin de lui faire dire ce que je voulais lui faire dire, mais là présentement, après ces multiples déménagements, je constate qu’il a trouvé sa niche définitive.

Symposiumdartinsitu_Duhamel_Sculpture_Pierre Leblanc

Un autre élément, c’est le cœur que j’ai emprunté aussi à la sculpture de Rigaud. Pour moi, il porte beaucoup de signification, dont celle-ci toute bête d’illustrer le texte de Miron, «Au cœur des feuilles l’idée de l’arbre». L’œuvre fait donc partie de cette série débutée il y a quelques années déjà. Mais l’ensemble, se veut un hommage à Jean Tinguely et c’est d’ailleurs ce qui a fait dire sans doute à mon fils Charles lors d’une de nos conversations téléphoniques que le cœur c’était celui de Niki de Saint-Phalle, la femme de l’autre.

Charles a en mémoire la Fontaine «Hommage à Stravinsky» jouxtant le Centre Pompidou à Paris. En effet, à l’intérieur de la fontaine il y a un gros cœur tout rouge de Niki de Saint-Phalle. J’aime lorsque Charles me sort ce type de référence, il m’épate et me rend très fier de lui par ses connaissances en arts et en architecture. Lorsque je discute avec lui, ça ne tombe jamais dans le vide. Il est très vif d’esprit et possède énormément de connaissances, acquissent autant en voyage qu’à travers livres et films…

Et en final, trônant au sommet… la forêt sur feuille !

Symposiumdartinsitu_Duhamel_Sculpture de Pierre Leblanc

Très surréaliste en somme, la forêt reposant sur sa feuille, mais je vais vivre avec ça sans peine !

Et voilà en gros le canevas de ma prochaine aventure dans les pays du Nord…

(Maquette et photos de Pierre Leblanc)


Départ !

Pierre Leblanc au symposium dart de Duhamel-

 Il faut bien que ça commence un jour si on veut y arriver.

Faux départ…La cause… petit problème de soudeuse… mauvais mâle !

Pierre Leblanc au symposium dart de DuhamelPierre Leblanc au symposium dart de Duhamel_

Mâle de soudeuse avec une prise de poêle, le mariage n’a pas lieu…Alors l’électricien va me mettre en place une fiche mâle trouvée dans la cave de la bibliothèque avec le câble d’alimentation de la soudeuse.

Et l’éclair fut…

Pierre leblanc sculpteur_Symposium dart in situ Duhamel

Alors depuis samedi après-midi, la machine est véritablement partie et le travail va bon train. C’est certain qu’il y a des modifications que j’apporte en chemin, car je n’ai pas vraiment les matériaux que j’escomptais avoir, mais un peu de créativité et le discours de la sculpture ne sera pas vraiment altéré.

(Pour voir chacune des photos, il suffit de cliquer sur celle de votre choix et vous aurez l’option de toutes les voir en suivant la flèche à gauche ou celle de droite).

Hier dimanche pas mal de mes amies et amis facebook, sont venus me voir et je suis très heureux d’avoir eu l’honneur et le privilège de leurs présences et pour certains de les rencontrer pour la première fois.

La sculpture possède 3 éléments forts, montés sur autant de colonnes, par conséquent aujourd’hui lundi, j’attaque le deuxième, car le premier est en voie d’être terminé définitivement…


Et ça continue !

Sculpteur Pierre Leblanc_Symposium Duhamel

Disons que depuis six semaines, aujourd’hui ressemble à hier et demain ressemblera à aujourd’hui.

Sculpteur Pierre Leblanc_Symposium dart in situ_Duhamel-

Sculpteur Pierre Leblanc_Symposium dart in situ_Duhamel_

Travail, soudure, formes, matériaux… travail, travail, travail ! Un cycle sans fin, mais dont j’apprécie la présence. Présence de mes sculptures qui sont le prolongement de mes idées qui naissent sur la place publique afin d’habiter la «Place publique».

Aujourd’hui je compte travailler sur le socle et la base de la sculpture sans pour autant délaisser la forme, car je vais m’attaquer à la feuille de «Tinguely»…

Sculpteur Pierre Leblanc_Symposium dart in situ_Duhamel


Le temps court !

Il m’échappe des mains et je vois tout l’ouvrage encore à faire, mais il y a de petites compensations, comme la base enfin prête et en place, avec la plaque sur laquelle je souderai mes colonnes. Le béton qui a été coulé n’est pas de toute première qualité, mais la façon que j’ai installée d’autres tiges d’ancrages va accroître la force afin de donner de la solidité au tout.

(Pour voir chacune des photos, il suffit de cliquer sur celle de votre choix et vous aurez l’option de toutes les voir en suivant la flèche à gauche ou celle de droite).

Nous avons donc foré des trous de 3/4 de pouces de diamètre sur plus de 10 pouces dans la base et ancré chimiquement les 3 tiges additionnelles. Combiné à l’ensemble soit les 4 L-Bolts aux quatre coins, je crois que là … nous sommes partis pour la gloire.

Pierre Leblanc_Symposium Duhamel-La feuille de Tinguely tiré de «Requiem pour une feuille morte» est maintenant tracée et prête à être découpée. Mon chalumeau sera bien aiguisé pour la circonstance. De plus hier une de mes amies facebook est venue me donner un bon coup de main. Elle a tout décapé la peinture sur mes tuyaux qui tiendront le rôle de colonnes. Le métal ainsi dénudé, va faire en sorte que je pourrai les traiter à l’acide muriatique afin d’obtenir la couleur désirée. J’ai d’ailleurs commencé le traitement sur l’une d’elles hier juste avant le passage de la pluie en fin de journée.

Pierre Leblanc_Symposium Duhamel_

Aujourd’hui jeudi, Guy-Louis Poncelet le technicien en chef et ami, va monter les échafaudages au-dessus de la base, qui servira à ériger section par section ma sculpture.

Le soleil est au rendez-vous… ! Merci température, grande alliée de toute cette aventure…

Ce matin les gaufres belges que Guy Louis nous a cuisinés avec en autre du sucre de betterave à la composition, sont fantastique… !

Merci Duhamel pour l’accueil à travers tes gens.


Pierre Leblanc sculpteur_Symposium Duhamel_Hommage à TinguelyMon ami, Sébastien Aubin, m’a capté en train de transporter le premier élément de ma sculpture, vers son lieu d’implantation depuis son lieu de réalisation. Le bougre de Sébastien me nomme The White Rock, traduction de Pierre Leblanc… J’aime bien ! Alors voici en direct grâce à lui, The White Rock transportant son œuvre au coeur !

Sculpteur_Pierre Leblanc_symposium duhamel


Et de deux ! et de trois…

Pierre Leblanc sculpteur_Symposium Duhamel

Aujourd’hui avec l’aide du Maire David Pharand et de citoyens tel que Daniel Perrier et Claude Tétrault, sans oublier les autres artistes, comme Normand Ménard et Sébastien Aubin… les tours montent !

Pierre Leblanc_ sculpteur_DuhamelPierre Leblanc sculpteur_Duhamel

Pierre- Leblanc sculpteur_Symposium Duhamel

Pierre Leblanc -sculpteur_Symposium Duhamel

Je suis très heureux de la facture acier oxydé, aluminium poli ! L’un donne vie à l’autre et vice et versa…

Pierre Leblanc_Sculpteur_Duhamel_In situ


Aujourd’hui je finalise la feuille et la partie avec le mot « Au ».

Pierre Leblanc sculpteur_Symposium in situ Duhamel

Pierre Leblanc sculpteur_Duhamel in situ

Pierre Leblanc_Sculpteur_Feuille de Tinguely

Pierre Leblanc sculpteur_Symposium in situ_ Duhamel

La feuille agrandit inspirée de la sculpture de Jean Tinguely «Requiem pour une feuille morte». Moi elle habite ma sculpture afin d’illustrer la nature et habiter le lieu de sa provenance !

Duhamel_Pierre Leblanc sculpteur_ Duhamel Pierre Leblanc_ sculpteur  
Mes aides pour la circonstance, Claude Tétrault avec la casquette rouge et Gilles avec la tête blanche, un jeune homme de 74 ans.

Duhamel_Pierre Leblanc-sculpteur


Ce matin… Direction Duhamel.

J’ai encore des trucs à aller chercher, comme mon chain-block !! Outil indispensable et aussi une bonbonne d’oxygène laissée sur le chantier, du métal et autres outils !

Pierre Leblanc sculpteur_Hommage a TinguelyUne heure et demie de route ! Hier, j’en ai quand même fait deux voyages. Mais il m’en reste un dernier. Je ne compte pas rencontrer personne, car tel n’est pas le but, mais si jamais, se serait bienvenue tout de même. De plus j’aurai une belle surprise, car Guy-Louis aura enlevé les échafauds, donc la sculpture sera sortie de sa gaine, tout comme le papillon de son cocon !

La route se fait avec de la musique dans le tapis !!!

UN IMMENSE SENTIMENT DE LIBERTÉ m’accompagne dans la campagne noyée de soleil !!! Dylan à fond la caisse. J’ai 15 ans à nouveau et je suis sur les routes du Québec avec mon ami Gino… sur le pouce. J’écoute en boucle «Desolation Row». Et la route défile, dans la belle campagne du nord, lorsque dans un dernier détour soudain, Duhamel est en vue, je reconnais le coin.

Vivement le coin de rue, pour avoir ma surprise et là… !!

Sculpture de Pierre Leblanc_Hommage à Tinguely

Ayoe ! C’est moi qui ai fait ça !

Je stationne en catastrophe et je fixe la sculpture et plus rien n’existe et soudain derrière moi j’entends une voix familière…

Mon ami Louis Saint-Hilaire est là comme il m’avait dit qu’il ferait, trois à quatre fois semaine. Prendre son break de vélo au dépanneur en face avec une boisson énergisante. Il était là à contempler la sculpture le bougre ! Il est devenu avec la retraite un résident à temps plein de la place.

Mais moi je n’en reviens pas.

Sculpture de Pierre Leblanc_Hommage à Tinguely.

Elle est là bien en vie, je l’a trouve encore plus belle que la veille, faut dire qu’il a plu abondamment la nuit dernière et cela a rendu l’oxydation très régulière et c’est magnifique. Le contraste avec l’alu. poli, c’est incroyable. J’ai encore la toune de Dylan dans la tête et je flotte littéralement.

Je suis vraiment content de mon affaire. Je l’avais vu deux semaines et demie avant, mais en miniature bâtie de carton et de bois sur le bord de ma table de cuisine.

Caméra portée à l’oeil, clic, clic, clic, un petit peu de parlure avec Louis, clic, clic photos… je flotte…

Pierre Leblanc sculpteur_Hommage Tinguely_Duhamel in situSculpture de Pierre Leblanc_Hommage -Tinguely.

J’ai réussi mon coup, en 8 jours j’ai mis au monde cette sculpture de 26 pieds, tout imprégnée de ma sueur et de mes muscles fatigués au pluriel.

Satisfaction n’est pas le mot, mais je n’ai pas de mots, car je crois qu’ils sont superflus. Je suis content de mon affaire, c’est tout !

Merci Duhamel à travers tes gens qui sont tellement fantastiques ! Se sont eux qui m’ont poussé et m’ont donné l’énergie et fait en sorte que l’œuvre arrive. Clic, clic, photos… à nouveau, clic, clic… Sculpture de Pierre Leblanc_Hommage a Tinguely

Pierre Leblanc sculpteur_Hommage Tinguely_Duhamel

Et finalement après avoir ramassé mes trucs, je salue l’ami Louis et «Hit thé road Jack»… again! Kerouac m’accompagne et Dylan nous berce toujours avec «Desolation Row».

La route en sortant de Duhamel, c’est comme un cynique, elle tournoie avec ses courbes serrées, pour ouvrir finalement sur une très belle plaine. Ce même sentiment de liberté m’envahit et me rend nostalgique à la fois, je me revois à nouveau avec Gino, mais Gino nous a quitté au printemps.

Sculpture de Pierre Leblanc_Hommage_Tinguely.

Mais je dois me ressaisir, car la route sera encore longue avant d’arriver à l’installation de la sculpture «La marche du Temps» pour Saint-Jérôme. C’est dans moins de deux semaines.

Que d’aventures encore à venir…

La vie en somme… la mienne !

Mais quelle vie …


Petit matin brumeux !
Ce matin lundi 7 septembre, je quitte la maison de Donald Hickey très tôt.

Donald qui fut notre hôte durant tout le temps du symposium. Nous étions quatre artistes à y loger, Caroline Monnet, Sébastien Aubin, Normand Mérard et moi. Maison majestueuse sur quatre niveaux que je qualifiais de château de bois.

Elle est là, bâtie sur les rives du lac Gagnon !

Après sept kilomètres de chemin de terre et d’asphalte j’arrive au village, mais cette fois c’est pour reprendre la route à rebours… direction Val-David.

Une belle brume suspendue au niveau du sol, m’accompagne. Brume qui traverse les champs habités par une bonne douzaine de chevaux apparaissant en ombres chinoises et par sept à huit dindons sauvages qui sont là à picorer sur le bord de la route. Ces paysages provoquent en moi un petit air de nostalgie.

Sculpture de Pierre Leblanc_Hommage à Tinguely._

Je suis le dernier à quitter les lieux de Duhamel. Le calme est revenu habiter le lieu du symposium. Plus de bruits d’outillages qui roulent à fond et plus d’urgence à terminer.

C’est terminé …

Publicités