Le paysage dans le paysage ou Contrôle C, contrôle V.

Chute-Saint-Philippe_Pierre LeblancLe projet en question est destiné à vivre à l’intérieur de la municipalité de Chute-Saint-Philippe, situé à une trentaine de kilomètres de Mont-Laurier. L’œuvre doit être installée en façade de l’Hôtel de ville de la place. Sur le mur de la Mairie, c’est quand même emballant non ! Mais cela va me donner du fil à retordre.

Mais un projet du 1% débute toujours avec une visite guidée des lieux avec les principaux intéressés… les usagés et parfois l’architecte. Car ce sera le seul projet du 1% des quatre, les autres projets sont des projets de type privés. J’ai eu un comité de réception composé de deux personnes, soit madame Myriam Joannette qui gère le projet et madame Francine Chamberland représentante du propriétaire. Cette dernière, disons ça comme ça, avait bien fait ses devoirs et m’attendait avec des catalogues édités par le département de l’intégration des arts à l’architecture. Elle avait en main 4 de ces catalogues, car j’ai eu le plaisir de faire partie de plusieurs publications du Ministère et avait installé des post-its aux pages correspondantes à des photos de mes œuvres. Dans certains catalogues il y avait 3 post-its. Et sans vouloir me diriger dans ma création, disons qu’elle m’a indiqué ce qu’elle aimerait pour l’Hôtel de Ville.

Maquette du projet « Le paysage dans le paysage ou Contrôle C, contrôle V. »

Alors, afin de vous expliquer la bête, je vous livre le texte que j’ai commis pour la présentation du 7 mai dernier.

« L’intégration des arts à l’architecture est toujours une aventure. Parfois, c’est tout simple… 
Un endroit au sol afin d’y implanter une sculpture ou un mur tout droit dans un hall d’entrée et le lieu supportera une murale. Mais parfois, c’est plus corsé, comme ici à Chute-Saint-Philippe.

Des fenêtres, des bouts de murets intercalés, un déclin de bois et qui plus est, à l’extérieur.
J’ai donc visité le lieu et revisité sans cesse le plan de façade et fait plusieurs essais avant d’arriver à cette proposition.

Au début, j’ai maudit le lieu, je ne m’en cache pas, mais plus le temps avançait, plus le lieu me parlait et plus je dialoguais avec lui. Puis un jour, un courriel à l’architecte, lui demandant si je pouvais agir et intervenir devant une des fenêtres. Lui de me répondre; mais oui! C’est même ce que je veux !!! Alors ce fut le déblocage et le dialogue s’est prolongé et maintenant je ne peux pas concevoir ce projet en dehors de cette façade. Cela signifie que le projet est conçu et réalisé que pour cet endroit spécifiquement.

Donc il y aura intégration… !

Pour se faire, c’est en naviguant à travers les paysages de la municipalité de Chute-Saint-Philippe, de Roy Lichtenstein, et d’une de mes œuvres inspirés par la poésie de mon ami Gaston Miron, que la solution m’est finalement apparue. Voici la démarche que j’ai suivie afin d’arriver à ce projet… 
Soit fusionner des éléments qui à priori n’ont pas de correspondances. Le but avoué, arriver à synthétiser une idée et… lui donner forme.

Au titre : « Le paysage dans le paysage ou Contrôle C, contrôle V. »

Pour la municipalité de Chute-Saint-Philippe, j’ai appliqué ce procédé de copier/coller, et voici dans le désordre les composantes de l’œuvre.

Wild Brushstroke 1965 de Roy Lichtenstein

Alors, à tout seigneur tout honneur ; voici Roy Lichtenstein, artiste étasunien très important et un des acteurs principaux du Pop Art. Un fragment d’une de ses œuvres que j’ai retravaillées de 1965, c’est pour ainsi dire invité dans le projet afin de donner vie aux Chutes Saint Philippe. Une œuvre qui cette année passera le cap du cinquantenaire. Un double attrait pour moi, car j’aime lorsque les choses prennent du sens.

« While Brushstroke I » modifié à ma sauce, deviendra en quelque sorte l’élément central de l’œuvre avec un passage par delà une fenêtre, telles une rivière en mouvement, avec une traversée « d’une rive à l’autre », tout comme la rivière Kiamika traversant la municipalité.

Grilles du Ministère de la culture_Quebec_Oeuvre de Pierre LeblancSur chacune des rives prendront place des fragments de paysage, des tondis, contenant des emprunts à l’imagerie des grilles créées et réalisées en 2008, pour le ministère de la Culture à Québec, afin de célébrer le 400 ième de la ville. Deux agrandissements de la partie de l’imposte de l’œuvre de Québec, et plus précisément dans la région du chiendent. Le chiendent associé à mon ami le poète Gaston Miron à travers son poème « Tête de caboche » qui a inspiré les fameuses grilles.

Enfin au final un élément emprunté au logo de la municipalité des chutes Saint-Philippe, en l’occurrence le chevreuil, illustrant une partie des attraits de la région… la chasse prendra place à l’intérieur du premier tondo.

Le tout en dialogue avec le bâtiment sur la façade faisant face à l’entrée du village. C’est fou parfois comme une contrainte devient un allié dans la conception d’un projet. »

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Fausse alerte

Vendredi dernier 10 juillet, on c’était entendu Gilbert Guevremont et moi pour que j’aille chercher mon projet pour Chute-Saint-Philippe fraichement découpé à Boucherville chez Transformation Éclipse. gilbert-guevremont-et-pierre-leblancPour la circonstance, j’avais loué une camionnette afin de transborder le matériel jusqu’ici à Val-David. Mais juste avant mon départ vers Montréal, je téléphone à Gilbert !!! Merde c’est remis, car j’ai agrandi mon projet une petite affaire de trop, mais juste assez pour que ça prenne une autre plaque d’aluminium. Je suis tombé en rupture de stock !

Donc report à dimanche, car le samedi est prit pour moi par le marché.

Pierre Leblanc sculpteur_Transformation EclipseÉtant impossible d’avoir une camionnette ce dimanche, alors je me suis rabattu sur mon auto avec un contre-plaqué installé sur mon support, un toit de galerie comme disent les français. Un peu la chienne quand même, car le trajet est long et se n’est pas vraiment l’affaire pour le transport sur une grande distance, avec tout ce poids. Mais je suis têtu et je ne voulais pas passer tout droit jusqu’au 3 août, car l’usine est fermée jusqu’à cette date. Vacances de la construction, oblige !

Pierre Leblanc_Projet Chute-Saint-Philippe

Alors ce matin levé du corps tôt…Installation du panneau de bois sur le support à la pluie battante et je pars enfin vers ma destination. Je fus obligé de m’arrêter en chemin afin de solidifier mon truc et le reste du voyage, c’est déroulé les doigts dans l’nez comme on dit !

Rencontre toujours intéressante avec Gilbert, on discute de tout et de rien et on installe mes morceaux sur mon emmanchure de support et j’ai joué à qui attache le plus ! 
Courroies et des cordes en grand nombre, car la peur de voir des morceaux se rependre sur l’autoroute était réelle.

Gilbert Guevremont_Transformation Eclipse_Pierre LeblancGilbert Guevremont_Transformation Eclipse_Pierre Leblanc -

Pierre Leblanc sculpteur_chute-Saint-Philippe

Pierre Leblanc sculpteurMais finalement le bonhomme avait trop anticipé de catastrophes et il ne s’est strictement rien passé…

J’ai maintenant en main tout mon matériel… la matière n’a qu’à bien se tenir, car ça va revoler dans les jours qui viennent.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Reprendre du service… !

Une très petite journée de congé que ce lundi finalement, entrecoupée par le déchargement du camion, le retour de celui-ci au centre de location, suivi invariablement par placer le matériel d’exposition et les œuvres à leurs places respectives…

Finalement une espèce de congé déguisé en demi-journée de travail…Mais c’est ça ! Donc fini le pleurnichage… aujourd’hui mardi, on se retrousse les manches, on se crache dans les mains et Go… !

Chute-Saint-Philippe.

La murale est franchement très avancée, car j’avais quand même travaillé beaucoup sur celle-ci, tout juste avant le salon au Palais des Congrès, mais il reste encore pas mal de travail en vue. Faire le ménage de mon aire de travail avant de commencer quoique ce soit, afin d’y voir clair. Feuilles mortes et eau des dernières pluies… à évacuer !

Murale de Pierre Leblanc. Projet Chute-Saint-Philippe

Le travail aujourd’hui… Le polissage, ou plutôt le dépolissage de l’aluminium et tout spécialement meuler les endroits de jonctions, car la murale est trop grande pour rentrer dans une plaque d’aluminium.

Murale de Pierre Pierre Leblanc_Projet Chute-Saint-Philippe_

Donc pour arriver à mes fins, j’ai dû user de stratégie et recomposer la forme en utilisant le principe du casse-tête. Mais je dois atténuer l’apparence du casse- tête pour ne pas mettre l’emphase uniquement sur ce mode d’assemblage.

Murale de Pierre Pierre_ Leblanc_Projet Chute-Saint-Philippe

Murale de Pierre Leblanc_Projet Chute-Saint-Philippe

Alors voici la murale vient de recevoir, son premier coup de brosse, mais d’autres suivront plus tard, par contre je vais laisser cette version de polissage de côté pour quelque jours afin de savoir si j’en suis encore satisfait dans deux ou trois jours. Tout comme les peintres avec leur toile, finalement.

Murale_Pierre Pierre Leblanc_Projet Chute-Saint-Philippe

Demain continuer les attaches et les terminer si possible…

Une autre journée de fait !

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Aujourd’hui c’est le jour J… jeudi 5 novembre !

Sacrée belle journée ensoleillée que ce jeudi…

Le camion est à la porte, les couvertures de déménagement sont empilées et en attente. L’œuvre est en partie dehors pour sa grande partie et les deux cercles sont à l’intérieur, l’un dans la cuisine et l’autre dans le salon.

Le thé est fait, j’attends mon monde. La première arrivée Mélanie, il est huit heures.

Pas tellement plus tard, elle sera suivit d’Annie et finalement de mon frère Marcel qui était accompagné de Micheline sa femme, histoire pour lui d’avoir de la compagnie pour la route, car en trajet cela lui donne à partir de chez lui à Mascouche, une petite «Ride» de 238 kilomètres juste à l’aller. Il y a le retour, évidemment ! Un autre 238 kilomètres…

Sculpture Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe_

Donc tout ce beau monde est là pour charger la murale ainsi que les 3 escabeaux, qui serviront à l’installation de l’œuvre sur le mur extérieur de la Mairie de Chute-Saint-Philippe. Les boites d’outils et d’ancrages ainsi que la peinture afin d’effectuer des «Touchs up».

Une heure et demie de route et nous voilà arrivé à pied d’œuvre, le soleil sera notre compagnon de jeu et nous réchauffera le corps et l’âme toute la journée. Prise de mesures, vérification avec la maquette, concertation avec mon monde et Go… !

Sculpture Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe-

Nettoyage de l’élément central, suivi de la mise en place provisoire afin de constater que tous étaient à sa place et ancrage !!! Marcel était au poste et avec la drill, se mit en œuvre de visser la murale en place et sans stress nous avons mis l’œuvre en place en moins d’une heure et demie.

L’effet est incroyable… je suis plus que satisfait du résultat.

Chute-Saint-Philippe_Sculpture de Pierre Leblanc.-

Sur l’entrefaites madame Francine Chamberland la Mairesse est venue à notre rencontre. Elle aussi était très heureuse du résultat de la murale sur le mur de l’hôtel de ville.

Et voilà… elle est en place !

Demain… dévoilement.

Officiel !

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Malice et mauvaise foi…

Avec un peu de malice et de mauvaise foi…

Je vous présente ma dernière née. Murale installée hier jeudi sur le mur extérieur de l’Hôtel de Ville de la municipalité de Chute-Saint-Philippe.

Devoilement_Sculpture Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe

La Mairesse du lieu madame Francine Chamberland, m’a demandé de cacher l’œuvre jusqu’à demain afin qu’il y ait un dévoilement officiel pour les citoyens de la municipalité.

«C’est un peu… Couvrez ce sein que je ne saurais voir» , mais Tartuffe est au théâtre et non aux Arts visuels.

Alors vous aurez en primeur en fin d’avant-midi l’installation et l’œuvre finalisée et livrée aux citoyens ainsi qu’aux gens de passage dans cette très belle et magnifique municipalité du nord.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Photo souvenir quand tu me tiens…

Sculpture de Pierre Leblanc_

Je viens de recevoir cette photo de Myriam Joannette, chargée de projet pour la municipalité et la personne ressource qui fut tout le projet durant ma correspondante et mon lien avec la municipalité.

Je suis toujours un peu, pour ne pas dire beaucoup triste de terminer un projet, car la conception et la réalisation d’une œuvre deviennent une partie de ma vie et c’est ce détachement-là qui est dur à effectuer.

C’est pour cette raison que j’aime être submergé par le travail, car c’est une façon pour moi de passer au travers ces séparations, qui sont à chaque fois très difficile.

C’est pourquoi je me suis noyé dans le travail depuis toujours. La fuite par en avant en somme.

Donc, Francine Chamberland conseillère municipale qui accompagna elle aussi tout comme Myriam Joannette la réalisation de l’oeuvre et Normand Saint-Amour maire de Chute-Saint-Philippe, lors du dévoilement de l’oeuvre samedi dernier.

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

 J’arrive… !

En effet, j’arrive de Chute-Saint-Philippe, la route fut longue et il est 19hre…

Sculpture de_Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe_

Mais auparavant…

Aujourd’hui 14hre, j’arrive finalement à la Mairie. Fiou ! C’est quand même une grosse heure et demie de route à partir de chez moi Val-David et en dépassant largement la vitesse permisse. J’ai eu des pointes à 130, 135 quand même.

Une chance pas de présence policière. J’ai pesé sur le champignon afin d’arriver à l’heure, car on m’avait dit 14hre ! Je suis arrivé à 13h55, donc à l’heure, malgré le fait que je sois parti à 12h25.

Et Galarneau qui n’est pas au rendez-vous… J’ai même essuyé quelques averses en montant. Le soleil, mon allié pour une lecture maximale de mon œuvre… Tant pis je vais faire avec ! Sculpture_de_Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe

Là, en arrivant, Je rencontre Myriam Joannette avec qui je «deal» depuis le début de l’aventure et madame Francine Chamberland qui fut pour un temps Mairesse par intérim et celle qui m’avait choisi avec le comité pour concevoir et réaliser une œuvre d’art pour l’Hôtel de Ville de Saint-Philippe. Elle est aujourd’hui conseillère à nouveau.

Donc, discours d’usage à travers Miryam dans un premier temps et les politiciens locaux, provinciaux et fédéraux par la suite. La totale, mais ça c’est bien passer.

Après les discours et le ruban rouge coupé, la visite des lieux à travers les bureaux pour se terminer à l’extérieur face au mur où mon intervention cachée derrière des bâches les attentait.

Se fut à mon tour de m’exécuter et de trouver les mots justes afin de discourir sur mon travail. Je crois avoir fait «une belle job», car l’ensemble fut accueilli par des applaudissements nourris. Autant l’œuvre que moi finalement!

Suivi, de la session de photos officielles pour la municipalité, les journaux et les demandes privées. D’être photographié avec l’auteur. Disons que ça flatte l’égo et le bonhomme était content quoi !

Après ça les gens sont rentrés à l’intérieur pour les vins rouges comme blanc et les petites bouchées d’usage, mais moi j’en ai profité pour faire des «touchs up» sur la murale et quelques photos, pour ensuite me joindre aux gens.

Sculpture de Pierre_Leblanc_Chute-Saint-Philippe

 

 

Pognées de mains, petits becs et discussions, le temps a filé à grande allure. Alors, vers les 16hre 30, il a bien fallu que je pense au retour, car je savais que j’avais au minimum 1hre 30 à faire pour rentrer à la maison.

Sculpture_Pierre Leblanc_Chute-Saint-Philippe_

Le retour c’est bien effectué et à travers le rétroviseur je voyais le ciel rougir, comme on rougit de honte, se mêler à des roses que l’on retrouve dans les toiles tahitiennes de Gauguin. Un ciel d’une beauté comme on n’en voit rarement, accompagné à la gauche de la route par la tête des arbres dépouillés qui prenait feu sous le soleil couchant. Un retour en partie tout en couleur, mais la nuit couleur d’encre tomba trop rapidement !

18 hre18, je stationne finalement ma bagnole chez Jacques Dufresne… le Métro de Val-David et je descends afin d’aller me chercher un souper.

En tournant autour des fromages je rencontre fortuitement, Jacques le patron des lieux et nous avons entamé une petite discussion, mais l’heure se faufilant rapidement, alors nous nous sommes quittés afin d’aller préparer respectivement notre souper.

Et voilà… une autre de fait !

Mon oeuvre est maintenant propriété des citoyens et de la population en général…

Maintenant au suivant, comme dirait Brel

Ma participation à une exposition de livres d’artistes à travers deux de mes livres est au menu !

Publicités